Maeva Bouchilaouene

Maëva Bouchilaouene a étudié aux Beaux Arts d’Angers.

A travers son travail, elle introduit la notion du corps dans l’espace urbain. Elle interroge l’espace de la rue dans sa pratique personnelle et de recherches. L’espace urbain apparaît comme le reflet des citadins qui le pratiquent. L’anthropologue urbaine Colette Pétonnet explique que le cadre urbain n’est pas sans influences sur les relations sociales. Pour elle « La connaissance des autres naît de l’espace lui-même, c’est-à-dire de sa forme. » . Cette symbiose entre l’homme et la rue dessine un espace de rencontre. Colette Pétonnet qualifie la rue de « théâtre à scènes simultanées». La rue, l’espace bâti apparaît comme le reflet du niveau de vie, la sphère sociale à laquelle appartient les habitants. Il s’agit aussi d’un lieu de protestation. La rue incarne le visage des problématiques complexes qui animent la société actuelle.

Son travail s’axe aussi autour d’une pratique documentaire qu’elle retranscrit au moyen d’installations sonores et de vidéos. A la frontière de la fiction et du documentaire, les thèmes récurrents de son travail tournent autour des relations humaines. A l’aide de différents médiums, elle tente de retranscrire au mieux une expérience, une histoire de vie où la juxtaposition de vidéos, photos et textes apportent une vision complémentaire.

Sa pratique audiovisuelle est influencée par le travail de la réalisatrice Clarisse Hahn ou encore par le travail de l’artiste Anna Malagrida qui travail sur la ville et la manière de l’habiter.

Maëva Bouchilaouene développe aussi la question de l’invisible dans le monde qui est le notre.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mlle Léa Rime, Directrice de la Galerie Libre Est L’Art

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close